Références

Comprendre le projet européen et suivre les premiers pas sur la route de la Fédération européenne

Altiero SPINELLI & Ernesto ROSSI

Le Manifeste de Ventotene

71 pages
Istituto di Studi Federalisti Altiero Spinelli
Casa d’Europa di Verona
Via Poloni, 9
IT-37122 Verona
www.istitutospinelli.org/

 

 

 

Le Manifeste de Ventotene, écrit en juin 1941 et ayant pour titre complet « Pour une Europe libre et unie. Projet de manifeste », est un texte précurseur du fédéralisme européen. Ses rédacteurs sont en ordre d’importance Altiero Spinelli, Ernesto Rossi (à qui l’on doit la première partie du troisième chapitre), et Eugenio Colorni (qui rédigea la préface et édita le manifeste de façon anonyme).

Voir aussi :
Le Manifeste de Ventotene
Le manifeste de Ventotene (1941) : acte de naissance du fédéralisme européen
Bertrand Vayssière
Dans Guerres mondiales et conflits contemporains 2005/1 (n° 217), pages 69 à 76
https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=GMCC_217_0069

 

Robert BELOT

Henri Frenay, de la Résistance à l’Europe

Paris, Le Seuil, 2003
749 pages
ISBN 2-02-025870-6

 

 

La Résistance française n’a pas été d’un bloc, et l’on sait le retentissant débat né des accusations portées par Henri Frenay contre Jean Moulin. Moulin a eu ses biographes, mais non Frenay, Robert Belot s’est employé à retracer l’itinéraire politique du fondateur du mouvement COMBAT. Grâce aux archives encore inexploitées auxquelles il a eu accès, il a minutieusement suivi l’itinéraire d’un officier catholique que rien, en apparence, ne prédisposait à devenir le grand résistant qu’il fut. L’auteur montre aussi comment, au cour de la guerre, Frenay a conçu l’union de l’Europe, dont il fut un des militants les plus fervents et des plus importants, après la Libération, à travers le mouvement fédéraliste.

 

 

Sergio PISTONE

“The Union of European Federalists: from the foundation to the decision on direct election of the European Parliament (1946-1974)” (L’Union des fédéralistes européens : de la fondation à la décision d’élire le Parlement européen au suffrage universel direct (1946-1974)

Editore: Dott. A. Giuffre
Milano 2008
234 pages
ISBN-10 : 881414251
épuisé, réédition envisagée fin 2021
PDF <PISTONE_III bozza.pdf>

 

 

Jean-Pierre GOUZY

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Gouzy

Les pionniers de l’Europe communautaire

169 pages

Centre de recherches européennes, Lausanne, 1968
Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Collection Cahiers rouges
Ferme de Dorigny

CH-1015 Lausanne
Tél. +41 21 692 20 90

<secr@fjme.unil.ch>
www.jean-monnet.ch

« Histoire de l’Europe, 1949-2009 »

Éditions de Paris, 2009
316 pages

ISBN 978-2-85162-246-4

 

 

Notre continent s’est métamorphosé, ces soixante dernières années, dans une quête d’intégration à la fois laborieuse et grandiose. La construction européenne a connu des strates successives et nos propres tentatives d’Europe politique n’ont pas dépassé jusqu’ici le stade de la coopération intergouvernementale, de même en matière de défense. Surmontant obstacles et crises, la réalité communautaire n’a cessé de s’approfondir et de s’élargir, puis de se démocratiser avec l’élection au suffrage universel du Parlement européen et le renforcement de ses pouvoirs. La Communauté s’est transformée en Union européenne avec le traité de Maastricht, à l’origine d’une monnaie unique : l’euro. L’Union européenne compte 491 millions d’habitants et vingt-sept États membres. Seize d’entre eux ont adopté l’euro et vingt-quatre adhèrent à la Convention de Schengen permet-tant la libre circulation des citoyens. Il reste à l’Union trois étapes à franchir : consolider son élargissement, construire une autorité politique, assurer la défense de ses intérêts et de son identité dans le monde. La connaissance de la formation et du fonctionnement des institutions européennes permet de mieux comprendre les événements de notre actualité.

 

 

Bino OLIVI, Alessandro GIACONE

L’Europe difficile – Histoire politique de la construction européenne

3e édition revue et augmentée, 2007, 546 pages

Gallimard, Collection Folio, Histoire
ISBN 978-2-07-034575-5 / EAN 9782070345755

 

 

Cette troisième édition d’un ouvrage vite devenu une référence couvre l’histoire de l’Europe, du congrès de La Haye au projet de traité constitutionnel. La mise à jour préserve l’angle qui a d’entrée de jeu marqué l’originalité de ce livre : non pas une histoire irénique et dictée par la nécessité d’oublier les guerres mondiales, mais la restitution de l’émergence de l’Europe à partir et à travers l’affrontement des logiques nationales, la grandeur de projets successifs, voire les qualités contingentes de quelques dirigeants visionnaires. Désormais les opinions publiques posent la question du maintien de structures nationales de décision, plus proches, mais également du renforcement de structures apparemment fragilisées par un élargissement vécu comme trop rapide. C’est la raison pour laquelle l’intitulé de l’ouvrage change, puisque au sous-titre d’origine – Histoire politique de la Communauté européenne – devenu lors de la deuxième édition Histoire politique de l’intégration européenne – se substitue désormais Histoire politique de la construction européenne.

 

Presse fédéraliste

www.pressefederaliste.eu

 

 

Immanuel KANT

Vers la paix perpétuelle

(Titre original : Zum ewigen Frieden. Ein philosophischer Entwurf)
Essai philosophique
1795

 

 

Inspiré par les Traités de Bâle signés cette année-là avec la Prusse puis l’Espagne pendant les guerres de la Révolution française, cet essai reprend en quelque l’idée de Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre qui avait publié dès 1713 un « Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe » en adoptant une approche juridique et le modèle d’une fédération d’États s’inspirant de « l’union germanique ». Réfléchissant à la manière dont à la fois l’intérêt personnel et la coopération internationale peuvent mettre fin à la guerre, Kant y formule un certain nombre de principes destinés à créer les conditions d’une « paix perpétuelle » par opposition à une simple et provisoire « cessation des hostilités », seule forme de « paix » possible aussi longtemps que « l’état de nature » continuera de régner entre États. Il établit ainsi les prémices d’une la théorie de la paix démocratique, et d’un courant idéaliste en théorie des relations internationales.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page